La collection « Philippe Malrieu : ses écrits en psychologie » veut promouvoir l’œuvre de Philippe Malrieu (1912-2005) et contribuer au développement et à l’approfondissement de sa pensée par la diffusion de ses écrits. Né à Carcassonne en 1912, Philippe Malrieu a été Professeur de psychologie à l’Université de Toulouse 2-Le Mirail de 1955 à 1995. Après avoir organisé, à partir de 1955, la licence de psychologie et les diplômes de psychopédagogie, psychopathologie et psychologie du travail au sein de l’Institut de psychologie de la Faculté de Toulouse, Philippe Malrieu fonde le laboratoire (associé au CNRS) « Psychologie de la Personnalisation et des Changements Sociaux » en 1967. Habilité depuis 1992 comme équipe d’accueil, l’intitulé de ce laboratoire est aujourd’hui «Psychologie du Développement et Processus de Socialisation » (PDPS- EA 1697).

L’œuvre de Philippe Malrieu constitue une référence pour nombre de chercheurs et praticiens en psychologie dans les champs du travail, de l’éducation familiale et scolaire, de la formation. Elle promeut une psychologie du développement, indissociablement sociale, qui permet d’étudier les actes de socialisation des hommes tout au long de leur existence. Dans ses travaux divers sur l’acquisition du langage chez l’enfant, l’imaginaire, les apprentissages culturels, les apports de la psychologie historique ... Malrieu critique les modèles réductionnistes des conduites (structuralistes, behavioristes, biologistes…). Dans une position connivente à la fois avec celles de Henri Wallon et d’Ignace Meyerson, il réfute l’idée de « fonctions-facultés » psychologiques (l’intelligence, la mémoire, la perception, l’affectivité …), substantialisées et cloisonnées. Selon lui, ces modèles tendent à méconnaître la spécificité des conduites humaines et leur inscription, par de multiples médiations interpersonnelles, dans les systèmes sociaux et culturels qui les suscitent, où elles se construisent, souvent en conflits. Dans son dernier ouvrage, "La construction du sens dans les dires autobiographiques" (paru en 2003 aux Editions Erès), Malrieu nous lègue une conception de la psychologie dont l’ambition est de mettre en évidence les processus (émotionnels, linguistiques, cognitifs …) par lesquels la personne humaine élabore et hiérarchise les valeurs, « se fait » dans les épreuves subjectives, nécessairement intersubjectives, de son développement, cherche à donner sens à son existence. L’enjeu d’une telle conception est d’importance : c’est comprendre l’invention et ses déterminismes… Il relève aussi d’une éthique de l’indétermination et de la liberté. Les travaux actuels du laboratoire PDPS (EA 1697) continuent d’enrichir son œuvre par le débat et à la diffuser dans la communauté scientifique, comme en témoigne l’ouvrage collectif : "Penser la socialisation en psychologie. Actualité de l’œuvre de Philippe Malrieu" (Baubion-Broye, Dupuy & Prêteur, 2013).

 

Contact : Hervé Larroze

 

Derniers dépôts

Texte intégral

86

Notices

1

Politiques éditoriales

 
     

Consulter la politique des éditeurs également sur