E. Moutsopoulos ou la grâce en héritage

Résumé : Nous formulons l'hypothèse que dans la grâce bergsonienne, il y aurait comme l'intuition non atteinte du kairos tel que l'envisage E. Moutsopoulos. Par ailleurs, le kairos pourait bien être d'essence gracieuse. L'article montre comment ce centre esthétique bergsonien, qui gouverne en réalité d'autres dimensions relatives à la pensée et notamment à l'action, a pu inspirer une philosophie qui entretient un commerce avec la grâce, sans que cette notion ne soit guère présente, chez E. Moutsopoulos comme chez Bergson d'ailleurs. En effet, Bergson n'a que peu abordé la question de la grâce et rarement pour elle-même. Elle serait sans doute à interroger chez E. Moutsopoulos comme dimension originaire éclairante, mais aussi comme dimension constitutive du kairos. Cependant, la grâce bergsonienne occupe une place non négligeable, si l'on met en lien la définition qu'en donne l'auteur et un certain nombre de situations où ces aspects définitionnels sont évoqués. Si la grâce est, en premier lieu, dans le passage du début de l'Essai sur les données immédiates de la conscience, esthétique dans ses premières manifestations, elle dépasse par certains aspects déjà un rapport à l'esthétique pour concerner une dimension plus pratique, jusqu'à entretenir des échos avec d'autres passages de l'œuvre où elle concerne l'action et l'acte même. La dimension kaïrique de l'action pour E. Moutsopoulos donnerait alors à penser ce qu'un achèvement kaïrique d'une évocation bergsonienne de la grâce a pu engager.
Document type :
Journal articles
Complete list of metadatas

https://hal-univ-tlse2.archives-ouvertes.fr/hal-00952482
Contributor : Patricia Verdeau <>
Submitted on : Wednesday, February 26, 2014 - 8:18:00 PM
Last modification on : Wednesday, May 23, 2018 - 5:58:10 PM

Identifiers

  • HAL Id : hal-00952482, version 1

Collections

Citation

Patricia Verdeau. E. Moutsopoulos ou la grâce en héritage. Diotima, 2011, pp.22-34. ⟨hal-00952482⟩

Share

Metrics

Record views

169