Merleau-Ponty ou une pensée nouvelle de la réflexion

Résumé : Comment l'articulation d'un discours négatif, critique de l'intellectualisme et de l'empirisme et d'un discours positif lié à la phénoménologie produit-elle une pensée nouvelle de la réflexion ? Comment réfléchir l'expérience originaire, pré-objective, pré-prédicative ? Comment amener l'expérience muette à l'expression de son propre sens ? Penser la réflexion suppose le fait de penser l'articulation entre le monde perceptif et pré-objectif et l'objectivité, la réflexion ou de repenser un autre type de réflexion : " [...] il y a une signification du perçu qui est sans équivalent dans l'univers de l'entendement, un milieu perceptif qui n'est pas encore le monde objectif, un être perceptif qui n'est pas encore l'être déterminé ". Si, depuis Descartes, la réflexion est l'acte par lequel le sujet revient de l'évidence de la réalité pour atteindre la conscience de soi, une telle réflexion n'est pas assez radicale pour Merleau-Ponty, en ce qu'elle prétend s'élever à une espèce de pensée naturante. Par ailleurs, elle ne peut alors que " reporter plus haut l'opacité de la pensée pour elle-même ". On n'a donc plus à affirmer une Unité absolue, le centre de la philosophie n'est plus une subjectivité transcendantale autonome, non située. Qu'est-ce donc que le centre de la philosophie? " [...] il se trouve dans le commencement perpétuel de la réflexion, à ce point où la vie individuelle se met à réfléchir sur elle-même. La réflexion n'est vraiment réflexion que si elle ne s'emporte pas hors d'elle-même, se connaît comme réflexion-sur-un-irréfléchi, et par conséquent comme un changement de structure de notre existence. " Dans Le Visible et l'invisible, il s'agit de retrouver l'intelligible et le sensible dans la phénoménalité même. L'analyse réflexive traditionnelle ne prend pas précisément compte de l'expérience. Conformément à la caractéristique husserlienne de la phénoménologie, la philosophie doit envisager une considération nouvelle de l'expérience : revenir aux choses mêmes, c'est revenir à ce monde avant la connaissance dont la connaissance parle toujours, et à l'égard duquel, explique Merleau-Ponty, toute détermination scientifique est abstraite, significative et dépendante. Toute réflexion est " du modèle de celle de la main touchante par la main touchée [...] la réflexion n'est pas identification à soi (pensée de voir ou de sentir) mais non différence avec soi = identification silencieuse ou aveugle. ". Soi se réfléchit en autrui et autrui se réfléchit en soi lors de l'échange gestuel et verbal. La réflexion philosophique se sait comme réflexion sur un irréfléchi : elle est alors surréflexion.
Document type :
Journal articles
Complete list of metadatas

https://hal-univ-tlse2.archives-ouvertes.fr/hal-00952487
Contributor : Patricia Verdeau <>
Submitted on : Wednesday, February 26, 2014 - 8:37:43 PM
Last modification on : Wednesday, May 23, 2018 - 5:58:10 PM

Identifiers

  • HAL Id : hal-00952487, version 1

Collections

Citation

Patricia Verdeau. Merleau-Ponty ou une pensée nouvelle de la réflexion. News and Views, 2009, 1 (2-3 (23-24)), pp.151-167. ⟨hal-00952487⟩

Share

Metrics

Record views

571