Socialisation horizontale à l'adolescence. Entre soutien social et conformité extrême aux pairs

Résumé : A l'adolescence, et en général, le soutien social perçu a largement été reconnu pour ses effets bénéfiques sur le développement du sujet. Cependant, si l'élève, qui en bénéficie s'engage dans une posture de conformité extrême aux pairs, cette influence peut devenir néfaste notamment sur le plan de la mobilisation scolaire. Notre approche interactionniste privilégie une lecture multidimensionnelle des relations entre pairs centrée à la fois sur les dimensions positives et sur les dimensions négatives de l'amitié. En effet, ces relations sociales sont fonction de quatre principales dimensions interdépendantes les unes des autres, caractérisant la vie sociale des adolescents : appartenance ou non à un groupe de pairs, soutien social, mode de relation et d'attachement aux pairs et statut social à l'intérieur du groupe. Les objectifs de cette étude sont : 1) de confirmer le caractère interdépendant des dimensions des relations sociales entre pairs (les effets attendus de ces dimensions peuvent être différents si on les considère isolément) ; 2) de montrer que les effets du soutien social perçu et de la conformité extrême aux pairs sur la (dé)mobilisation scolaire ne sont pas directs mais médiatisés par la valeur accordée à l'école. Le recueil de données a été réalisé par questionnaire auprès de 676 collégiens de 3ème issus d'établissements scolaires contrastés. Nous privilégions le point de vue subjectif de chaque sujet afin d'appréhender leurs représentations concernant les trois dimensions : leurs relations aux pairs (déclinées selon le soutien social, le sentiment d'isolement, la recherche de conformité et la capacité à se détacher de la pression des pairs), leur mobilisation scolaire et la valeur qu'ils accordent à l'école. Les résultats montrent que le soutien social perçu n'est pas à lui seul prédicteur de la mobilisation scolaire. La recherche de conformité extrême vient annihiler les bienfaits du soutien social et va de pair avec une démobilisation scolaire. Cette influence est directe alors que le soutien social n'est pas toujours favorable à la mobilisation scolaire puisqu'il est médiatisé par la valeur accordée à l'école. Les adolescents soutenus et qui accordent une valeur épistémique à l'école (plaisir d'apprendre et de comprendre) sont mobilisés alors que ceux qui accordent une valeur seulement sociale à l'école (plaisir de retrouver les pairs) sont démobilisés. Si la socialisation horizontale a fait l'objet d'un plus petit nombre de travaux, celle-ci paraît déterminante dans le développement en général et dans le rapport qu'instaure chaque élève à l'école.
Type de document :
Communication dans un congrès
6ème Colloque du RIPSYDEVE. Actualités de la Psychologie du développement et de l'Éducation, May 2013, France. pp.144-151, 2014
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [22 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal-univ-tlse2.archives-ouvertes.fr/hal-01018799
Contributeur : Véronique Rouyer <>
Soumis le : samedi 5 juillet 2014 - 15:16:24
Dernière modification le : mardi 3 février 2015 - 15:46:00
Document(s) archivé(s) le : dimanche 5 octobre 2014 - 10:47:15

Fichier

RIPSYDEVE2013-_Hernandez_Oubra...
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : hal-01018799, version 1

Citation

Lucie Hernandez, Nathalie Oubrayrie-Roussel, Yves Prêteur. Socialisation horizontale à l'adolescence. Entre soutien social et conformité extrême aux pairs. 6ème Colloque du RIPSYDEVE. Actualités de la Psychologie du développement et de l'Éducation, May 2013, France. pp.144-151, 2014. 〈hal-01018799〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

2341

Téléchargements de fichiers

1482