Types et domaines de prescriptions parentales : différences de sexe et effet sur la prise de risque chez l'enfant préscolaire

Résumé : Les garçons et les filles se différencient très tôt en termes de comportements à risque accidentel (Granié, 2007, 2010), ce qui peut en partie être expliqué par une différence de sexe en termes de conformité et d'internalisation des règles de prudence (Granié, 2007, 2009), relié au niveau de féminité (Granié, 2009). L'internalisation des règles sociales dépend en partie du type de prescription parentale (Hoffman, 1970), notamment en termes d'interdits et d'obligations (Beauvois, Dubois, Py & Somat, 1995). Les premières prescriptions parentales prennent la forme d'interdits (Gralinski & Kopp, 1993), relevant des domaines prudentiel et moral (préservation du bien-être physique et psychologique de soi et d'autrui) (Smetana, 1997). Ces interdits, plus nombreux à l'égard des filles (Beauvois, Dubois, Py & Somat, 2000), s'accompagnent de pratiques plus inductives, qui favorise la conformité de l'enfant (Beauvois, Dubois, Py & Somat, 1995 ; Hoffman, 1970). Cette étude a pour objectifs d'analyser l'influence du sexe et du niveau de féminité de l'enfant sur les domaines et les types de prescriptions parentales, sur le niveau de conformité de l'enfant et l'effet de ces différentes variables sur ses comportements à risque accidentel. Soixante-huit parents (30 hommes et 38 femmes) d'enfants de 3 à 6 ans (35 garçons et 33 filles) ont participé à l'étude. Chaque parent a renseigné : - l'IRQEP (Gralinski & Kopp, 1993) permettant de mesurer l'importance déclarée de 55 prescriptions (30 interdits et 25 obligations) relevant de 4 domaines sociaux : moral (10 items), prudentiel (22), conventionnel (17), personnel (4) et le niveau de conformité de l'enfant sur ces prescriptions - l'IBC (Speltz, Gonzales, Sulzbacher, & Quan, 1990), contenant 24 items mesurant la fréquence de comportements potentiellement accidentogènes - le PSAI destiné à mesurer l'adhésion aux stéréotypes de sexe chez l'enfant préscolaire (Golombok et Rust, 1993a, 1993b) - l'échelle ASS (Granié, 2008) afin de contrôler l'adhésion aux stéréotypes de sexe des parents. Les résultats permettent de vérifier les hypothèses de l'étude. Dès la petite enfance, les filles sont plus contraintes dans leur comportement que les garçons et sont plus conformes aux prescriptions parentales. L'adhésion aux stéréotypes féminins amène une plus grande conformité, notamment dans les domaines prudentiels et moraux, ces deux éléments engendrant une moindre prise de risque chez l'enfant.
Type de document :
Communication dans un congrès
V. Rouyer, M. de Léonardis, C. Safont-Mottay, & M. Huet-Gueye. 6ème Colloque du RIPSYDEVE. Actualités de la Psychologie du développement et de l'Éducation, May 2013, France. pp.210-217, 2014
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [11 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal-univ-tlse2.archives-ouvertes.fr/hal-01018808
Contributeur : Véronique Rouyer <>
Soumis le : samedi 5 juillet 2014 - 15:54:00
Dernière modification le : mercredi 24 janvier 2018 - 11:18:05
Document(s) archivé(s) le : dimanche 5 octobre 2014 - 10:46:32

Fichier

RIPSYDEVE2013-_GraniA_.pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : hal-01018808, version 1

Citation

Marie-Axelle Granié. Types et domaines de prescriptions parentales : différences de sexe et effet sur la prise de risque chez l'enfant préscolaire. V. Rouyer, M. de Léonardis, C. Safont-Mottay, & M. Huet-Gueye. 6ème Colloque du RIPSYDEVE. Actualités de la Psychologie du développement et de l'Éducation, May 2013, France. pp.210-217, 2014. 〈hal-01018808〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

257

Téléchargements de fichiers

169