Une reformulation keynésienne du modèle WS-PS : chômage keynésien et chômage classique

Résumé : Une reformulation keynésienne du modèle WS-PS : chômage keynésien et chômage classique Résumé : La théorie orthodoxe des négociations salariales considère que le monopole syndical provoque une rigidité à la baisse des salaires réels qui elle-même est à l'origine du chômage (modèle de « droit à gérer », repris dans le modèle WS-PS). La modélisation de cette négociation (modèle de « Nash bargaining ») prend exclusivement en compte les situations où la négociation entre syndicat et entreprise réussit. Dans cet article, nous tentons une relecture keynésienne du modèle WS PS. Notre modèle rend compte du fait que la réussite de la négociation n'est qu'un cas parmi d'autres situations d'échec. Le syndicat exprime en effet une revendication qui n'est pas forcément satisfaite. Si, dans les situations proches du plein-emploi, il existe un mécanisme de marchandage par lequel syndicat et entreprise parviennent à un accord, tel n'est pas le cas lorsque le chômage est massif. Dans cette dernière situation, l'emploi est déterminé unilatéralement par les entreprises en fonction de la demande effective.
Type de document :
Pré-publication, Document de travail
2016
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-tlse2.archives-ouvertes.fr/hal-01396771
Contributeur : Nicolas Piluso <>
Soumis le : lundi 14 novembre 2016 - 21:00:31
Dernière modification le : vendredi 16 mars 2018 - 10:04:02

Identifiants

  • HAL Id : hal-01396771, version 1

Citation

Nicolas Piluso, Gabriel Colletis. Une reformulation keynésienne du modèle WS-PS : chômage keynésien et chômage classique . 2016. 〈hal-01396771〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

249