Le timbre et les oppositions de durée de o, au et eau toniques dans les oxytons en français littéraire classique

Résumé : La distinction d’aperture remonte à Port-Royal et Dangeau. La monophtongaison de 'au' semble acquise au Grand Siècle dans le bon usage, avec un son vraisemblablement ouvert et bref en finale absolue, avec des réalisations diphtonguées que le bon usage ne condamnait pas. 'Eau' semble avoir longtemps connu une articulation diphtonguée dans le bon usage. La durée longue est clairement établie pour 'o', 'au' et 'eau' dans les terminaisons dites “plurielles”. En finale absolue, '-ot' et '-au' restent brefs et ouverts. L’allongement de 'eau' est attesté à partir du dernier tiers du Grand Siècle. Les finales '-aut' et '-aud' sont longues.
Type de document :
Article dans une revue
Revue de linguistique romane, Société de linguistique romane, 2007, 71, pp.359-392
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-tlse2.archives-ouvertes.fr/hal-01450095
Contributeur : Dominique Billy <>
Soumis le : mardi 31 janvier 2017 - 09:00:59
Dernière modification le : mercredi 23 mai 2018 - 17:58:05

Identifiants

  • HAL Id : hal-01450095, version 1

Collections

Citation

Dominique Billy. Le timbre et les oppositions de durée de o, au et eau toniques dans les oxytons en français littéraire classique. Revue de linguistique romane, Société de linguistique romane, 2007, 71, pp.359-392. 〈hal-01450095〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

73