Construction géohistorique du « sauvage » de la Garonne toulousaine : quelle part de naturalité dans les paysages fluviaux ? (1 ère partie)

Résumé : La Garonne toulousaine (entre Toulouse et la confluence du Tarn) est composée de nombreuses annexes fluviales : bras-morts, zones humides et ripisylves. Ici, différents dispositifs de protection labellisent une dimension « sauvage » pour le fleuve, favorisant son maintien et sa conservation sans réellement s'interroger sur leur état d’origine. Face à ce constat, comment considérer la part de naturalité des paysages fluviaux de la Garonne toulousaine aujourd’hui ? Au dire des gestionnaires, la Garonne possède une image forte de fleuve « sauvage » alors que l’héritage géohistorique montre plutôt une Garonne impactée par les activités humaines. Ce travail interroge le sens du décalage entre cette réalité géohistorique et l’image véhiculée par les représentations contemporaines du fleuve.
Document type :
Journal articles
Complete list of metadatas

https://hal-univ-tlse2.archives-ouvertes.fr/hal-01521018
Contributor : Emilie Gil <>
Submitted on : Thursday, May 11, 2017 - 1:08:48 PM
Last modification on : Thursday, November 7, 2019 - 1:39:07 AM
Long-term archiving on : Saturday, August 12, 2017 - 1:12:01 PM

File

DDT_2014_cor.pdf
Explicit agreement for this submission

Identifiers

  • HAL Id : hal-01521018, version 1

Collections

Citation

Philippe Valette, Jean-Michel Carozza, Denis Salles, Mélodie David, Guillaume Simonet. Construction géohistorique du « sauvage » de la Garonne toulousaine : quelle part de naturalité dans les paysages fluviaux ? (1 ère partie). Développement durable et territoires, Réseau « Développement durable et territoires fragiles », 2014, 5 (3), pp.2-9. ⟨hal-01521018⟩

Share

Metrics

Record views

198

Files downloads

338