Réinterpréter et patrimonialiser les musiques régionales en France (1970-2010). Collectes et production de sources orales : Le cas du Sud-Ouest de la France

Résumé : Activité fondatrice du renouveau des musiques régionales françaises des années 1970-1980, le « collectage » a eu pour fonction première de recueillir, auprès d’interlocuteurs institués porteurs de « tradition », des données sur la société rurale d’avant 1914 dans le but de reconstituer des savoirs musicaux et chorégraphiques et d’en rendre possible la pratique. Les nombreux enregistrements sonores et audiovisuels, réalisés en l’espace d’une dizaine d’années, n’ont pas échappé à la vaste entreprise de patrimonialisation qui touche ce courant musical depuis la fin des années 1980. Bandes et cassettes sont depuis plusieurs années confiées à des associations et institutions disposant de l’expertise documentaire requise. Faut-il pour autant déduire que les « collecteurs », à l’origine de la constitution de ces fonds sonores, ont été dès le départ mus par une préoccupation patrimoniale ? Enregistrer du répertoire musical a souvent été prétexte à un moment de musique partagé, parfois à une relation d’amitié avec celle ou celui que l’on considérait comme un modèle d’identification. Interroger la façon dont ils ont opéré un tri des savoirs et répertoires, la façon dont ils les ont particularisés, est également signifiant. Il n’était pas question de réaliser l’ethnographie exhaustive d’une région, mais de trouver dans les objets culturels de la société préindustrielle des éléments faisant sens dans le présent. Une fois enregistrés, ces éléments ont fait l’objet d’une réappropriation immédiate par la pratique (bals, ateliers, fêtes). À partir de l’exemple du renouveau musical tel qu’il s’est développé dans le Sud-Ouest de la France – en « Gascogne », plus précisément, si l’on reprend la terminologie revendiquée par ses acteurs –, nous tenterons de démontrer que si sensibilité patrimoniale il y a eu, l’activité de collecte a d’abord répondu à des besoins plus immédiats : animer son petit pays tout en prenant rang en tant que jeune adulte dans une société dont on critique les principales institutions, devenir musicien ou acteur culturel de son temps. Quant aux « fruits de la collecte », ils sont loin d’être exclusivement musicaux et chorégraphiques. L’adhésion aux thèmes du régionalisme occitan a contribué à les diversifier et un certain nombre de collecteurs ont attaché de l’importance à la dimension linguistique en recueillant également des éléments de littérature orale autres que le chant (genres courts, récits, contes, etc.). On observe ainsi une spécialisation qui met en exergue des sensibilités, des projets de vie, des destins individuels, y compris lorsque l’entreprise est réalisée dans un cadre collectif (associatif). Ces sources orales constituent pour le chercheur des archives renseignant bien plus que sur le seul matériau recueilli. La compréhension des objectifs de départ et l’intérêt porté à leurs conditions et modalités d’élaboration devraient éclairer leur lecture.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadatas

https://hal-univ-tlse2.archives-ouvertes.fr/hal-02151628
Contributor : Bénédicte Bonnemason <>
Submitted on : Sunday, June 9, 2019 - 11:51:25 AM
Last modification on : Monday, June 10, 2019 - 1:15:16 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02151628, version 1

Collections

Citation

Bénédicte Bonnemason. Réinterpréter et patrimonialiser les musiques régionales en France (1970-2010). Collectes et production de sources orales : Le cas du Sud-Ouest de la France. Sources du patrimoine oral francophone et chemins de connaissance, Université de Poitiers - Mémoires identités marginalités dans le monde occidental contemporain (Mimmoc); Université de Poitiers - Criham (Le Centre de recherches interdisciplinaires en histoire, histoire de l'art et musicologie (Criham), Nov 2018, Poitiers, France. ⟨hal-02151628⟩

Share

Metrics

Record views

44