Ouvertures biaisées, les figures du leurre dans The Insider de Michael Mann

Résumé : Depuis The Jericho Mile (Comme Un Homme Libre, 1979), son premier long métrage, le cinéaste Michael Mann fait de la représentation de l’enfermement l’un de ses motifs de prédilection, élaborant des rapports formels complexes entre l’intérieur et l’extérieur, l’ouverture et la fermeture. Ses décors opposent par exemple les verticales de l’architecture post-moderne aux autoroutes tendues vers l’horizon, dessinant comme une topographie urbaine de forme carcérale. Ce cloisonnement de l’espace filmique n’est pas sans suggérer, nous semble-t-il, la rectitude morale des héros, personnages opiniâtres, prisonniers de leur environnement, inscrits dans la finitude d’un récit, condamnés malgré eux à poursuivre des quêtes stériles portées par le fantasme de l’évasion. Ainsi, Michael Mann provoque une déliaison fondamentale entre le dedans et le dehors, utilisant les signes d’ouverture et de fermeture comme autant de figures du leurre qu’illustre, mieux que jamais peut-être, The Insider (Révélations, 1999), son huitième film.
Document type :
Journal articles
Complete list of metadatas

Cited literature [3 references]  Display  Hide  Download

https://hal-univ-tlse2.archives-ouvertes.fr/hal-01526292
Contributor : Vincent Souladié <>
Submitted on : Tuesday, October 2, 2018 - 4:02:48 PM
Last modification on : Thursday, June 27, 2019 - 4:02:03 PM
Long-term archiving on : Thursday, January 3, 2019 - 12:25:26 PM

Licence


Copyright

Identifiers

  • HAL Id : hal-01526292, version 1

Collections

Citation

Vincent Souladié. Ouvertures biaisées, les figures du leurre dans The Insider de Michael Mann. Murmure, De l'incidence éditeur, 2007, Ouvrir-fermer, 3. ⟨hal-01526292⟩

Share

Metrics

Record views

29

Files downloads

36