Perdus dans le paysage ? Le cas des Italiens du Sud-Ouest de la France

Résumé : De la « Little Italy » aux « Petites Italies » disséminées de par le monde, à la fois quartiers d'implantation des migrants, territoires de passage et/ou de visibilité ethnique, mais perdurant aussi parfois en lieux de mémoire, comme des espaces de projection identitiaire. Parmi les multiples cas envisagés, le chapitre traite du Sud-Ouest de la France, une des grandes régions d’immigration italienne dans le pays. Cette présence trouve son origine au milieu des années vingt quand, en quelques années, plus de 40 000 transalpins sont venus s’installer, par familles entières, comme travailleurs ou exploitants agricoles. Lors du recensement de 1936, l’effectif avait encore doublé et les Italiens étaient devenus la première nationalité étrangère présente dans plusieurs départements d’Aquitaine (Lot-et-Garonne) ou de Midi-Pyrénées (Gers, Haute-Garonne, Tarn-et-Garonne), devant les Espagnols traditionnellement très nombreux dans ces espaces frontaliers. Pourtant, malgré ce mouvement et la trace qu’il a laissé, il n’y a jamais eu à proprement parler de « Petite Italie » en pays de Garonne. D’où une interrogation en creux pour tenter de comprendre pourquoi ces émigrés, arrivés massivement et installés durablement, ont parus se fondre dans le paysage. Les éléments à analyser pour comprendre une telle situation devraient permettre d’éclairer, en négatif, ce qui fonde, agrège et fait perdurer un regroupement ethnique, ainsi que quelques-unes des conditions nécessaires pour l’inscrire dans un territoire et le rendre repérable à ce titre-là. Une des premières questions concerne le lien entre les réseaux d’émigration et les territoires communautaires. On sait que les chaînes migratoires dessinent une géographie originale, unissant des espaces par des liens réciproques souvent à l’échelle de deux régions voire de deux localités. Ceci détermine parfois la formation d’îlots de compatriotes de même origine régionale dans une commune, un hameau ou un quartier. Pour autant, le fait qu’un réseau d’émigration relie une zone de départ à une zone d’arrivée suffit-il à créer un territoire communautaire ?
Type de document :
Chapitre d'ouvrage
Marie-Claude Blanc-Chaléard, Antonio Bechelloni, Bénédicte Deschamps, Michel Dreyfus et Eric Vial. Les Petites Italies dans le monde, Presses Universitaires de Rennes, pp.185-196, 2007
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-tlse2.archives-ouvertes.fr/hal-01568329
Contributeur : Laure Teulières <>
Soumis le : mardi 25 juillet 2017 - 10:49:46
Dernière modification le : mercredi 23 mai 2018 - 17:58:03

Identifiants

  • HAL Id : hal-01568329, version 1

Collections

Citation

Laure Teulières. Perdus dans le paysage ? Le cas des Italiens du Sud-Ouest de la France. Marie-Claude Blanc-Chaléard, Antonio Bechelloni, Bénédicte Deschamps, Michel Dreyfus et Eric Vial. Les Petites Italies dans le monde, Presses Universitaires de Rennes, pp.185-196, 2007. 〈hal-01568329〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

58