Lecture historique, économique et spatiale de la production sidérurgique : les sites de réduction du village de Wol (pays dogon, Mali) - Archive ouverte HAL Access content directly
Book Sections Year : 2012

Lecture historique, économique et spatiale de la production sidérurgique : les sites de réduction du village de Wol (pays dogon, Mali)

(1)
1

Abstract

Since 2002, within the framework of the international and interdisciplinary research project “Human Demographic and Paleoclimatic Changes in West Africa,” directed by Eric Huysecom, a paleometallurgical element was added whose objective was to study the rise of iron production in Dogon Country, from its origins to the present. As of 2010, about one hundred iron smelting sites have been located, mapped, and studied for the first time. Flourishing between the 11th and 19th centuries, traditional iron production was gradually replaced by European imports from 1900 onwards. At least seven different technological traditions have been characterized in different geographic areas. Based on the levels of metallurgical waste and site spatial organization, iron smelting was apparently geared toward markets of different scales. Small production sites or workshops were for local, probably village consumption. Others were oriented toward regional production within Dogon Country. For these smelting villages, ironworking was a major economic activity. Finally, in certain areas, intensive, large-scale production was oriented toward the sale of iron in foreign or external markets. The rise of regional and large-scale iron production had profound effects on the landscape due to the exploitation of natural resources (ore, charcoal, clay, etc.) and the development of ironworking sectors (mining, smelting, smithing). The study of the material remains of these activities (mine shafts, furnaces, blacksmith forges) and their effects on the terrain has permitted the reconstruction of iron production histories. In this paper, we are going to integrate the archaeogeographical data with that from ethnohistory. This will bring the region into focus using a combination of spatial, symbolic, and temporal reference points. And, this territorial or regional focus will also express the history of a people and their society and the reflect the dynamic and permanent creation and development of its cultural roots. We will base our presentation on the analysis of the spatial and temporal dimensions of iron production at the Dogon metallurgical site of Wol in the Seno Plain.
Depuis 2002, dans le cadre du projet international et interdisciplinaire « Peuplement humain et évolution paléoclimatique en Afrique de l’Ouest » dirigé par Eric Huysecom, un volet paléométallurgique s’est donné pour but d’étudier le développement de la production du fer en pays dogon, depuis ses origines jusqu’à nos jours. Dans l’état actuel de nos connaissances (2010), une centaine de sites de réduction ont été pour la première fois répertoriés, cartographiés et étudiés. Florissante entre le 11e et le 19e siècle de notre ère, la production traditionnelle du fer dans cette région d’Afrique a cessé progressivement à partir du 20e siècle, supplantée par les importations de fer européen. Au moins sept traditions techniques ont été caractérisées dans différentes zones géographiques. Selon le volume des déchets métallurgiques et leur organisation spatiale, les sites de réduction semblent avoir alimenté des marchés différents. De petits ateliers fonctionnaient dans le cadre d’une économie locale, produisant du fer uniquement pour le village des sidérurgistes. Quelques établissements jouaient un rôle dans l’économie régionale et leurs produits étaient distribués à l’échelle du pays dogon. Dans ces villages, la sidérurgie était une activité économique importante. Enfin, certaines localités avaient mis en place une production intensive, où le surplus était destiné à un marché extérieur. Le développement de l’industrie sidérurgique a entraîné une profonde modification du paysage par l’exploitation des ressources naturelles (minerai, bois, argile, etc.) et par l’aménagement des différents secteurs d’activités (extraction, réduction, forgeage). L’étude de ces vestiges matériels (puits de mine, fourneaux, déchets métallurgiques, etc.) et de leurs inscriptions géographiques permet de reconstituer l’histoire de la production du fer car ils sont la matérialisation de la mémoire des métallurgistes. Dans cet article, nous allons associer la démarche de l’archéogéographie aux données issues de l’ethnohistoire. Cela nous conduira à placer le territoire au centre de notre questionnement car il procède de la combinaison de références spatiales, symboliques et temporelles. Mais il est tout autant l'expression de l’histoire des hommes et de leur société, et le reflet d’un « enracinement culturel » dynamique et permanent de ces derniers. Nous baserons notre démonstration sur l’analyse de l’organisation spatiale et temporelle d’un atelier sidérurgique dogon, (Wol, plaine du Séno).
Fichier principal
Vignette du fichier
Robion-Brunner_BAR2012.pdf (4.71 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Publisher files allowed on an open archive
Loading...

Dates and versions

hal-02010546 , version 1 (07-02-2019)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02010546 , version 1

Cite

Caroline Robion-Brunner. Lecture historique, économique et spatiale de la production sidérurgique : les sites de réduction du village de Wol (pays dogon, Mali). Caroline Robion-Brunner; Bruno Martinelli. Métallurgie du fer et Société africaines, BAR International Series (2395), Archaeopress, pp.125-140, 2012. ⟨hal-02010546⟩
43 View
101 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More