Un habitat ouvert du Néolithique final : autoroute A75, section Béziers - Pézenas : Hérault, Valros : Roquessols : Rapport de fouille préventive

Résumé : L’intervention archéologique a permis de confirmer la présence d’une occupation néolithique peu dense mais bien conservée et riche en vestiges archéologiques. Le site de Roquessols est implanté dans la plaine du Bas Languedoc, sur le versant d’une légère éminence qui culmine à 70 m d’altitude et à proximité d’un ruisselet. Les fouilles ont révélé une petite occupation du Néolithique final d’affinité vérazienne qui est matérialisée par un ensemble de fosses, structure de combustion et silos, contenant de nombreux restes anthropiques, notamment des vestiges d’architectures en terre et de la céramique. Ils témoignent certainement de la proximité directe d’un habitat. La communauté qui a occupé ce site pratiquait une économie de production agro-pastorale comme en atteste la présence de restes carbonisés d’orge nu et, en quantité moindre, d’orge vêtu ainsi que de trois types de blé : amidonnier, engrain et blé nu. L’étude archéozoologique des restes de faune montre la pratique d’un élevage centré sur les bovins et les ovicaprins (moutons et chèvres), les porcins, vraisemblablement domestiques, ne jouant quant à eux, qu’un rôle secondaire. La série céramique est homogène. D’un point de vue technique, il s’agit d’une céramique de bonne qualité qui semble « bien cuite ». Dans les pâtes, l’utilisation d’un dégraissant végétal, issu de glumes et glumelles de céréales, est très largement majoritaire sans être toutefois systématique. Les profils des vases sont le plus souvent continus à fond surbaissé, aucune forme segmentée n’est attestée sur l’ensemble de la série qui compte plus de 250 éléments typiques. Les préhensions sont assurées par des languettes bilobées ou superposées verticalement par deux, par des boutons ou par des anses en ruban peu dégagées. Un vase à profil tronconique et fond aplati porte une rangée de préhensions, alternant boutons et languettes, disposée horizontalement sous le bord. Une languette large adopte un bord impressionné. Les formes à carènes vives sont absentes. Les cordons horizontaux sont présents mais ils sont généralement uniques et doubles dans un seul cas. Les grands vases à cordons superposés à plus de trois exemplaires sont absents. Les bols et les vases ouverts de petit volume adoptent parfois un profil galbé et portent fréquemment des décors composés de deux ou trois lignes horizontales de pastilles réalisées « au repoussé ». Un petit vase ovoïde qui porte une ligne d’incision horizontale en «coups d’ongle» est identique à un exemplaire trouvé au Puech-Haut. Les languettes, souvent bifides, sont le moyen de préhension le plus commun sur les grandes jarres, mais elles ne sont jamais superposées à plus de deux exemplaires. L’ensemble se rattache à une phase moyenne du Néolithique final datée entre 2900 et 2500 av. J.-C. La série de Roquessols présente des affinités fortes avec les séries découvertes par ailleurs lors des fouilles de l’A75 et de l’A750 : Champ-Redon (phase 2), Vigne de Bioaux (phase 2) et Rec de Ligno à Valros, Le Barreau de la Devèze-Cabrials à Béziers, le Puech-Haut (Phase 2) à Paulhan ou encore le Lagarel (Phase 2) à Saint-André-de-Sangonis. L’industrie lithique est faiblement représentée, les seules pièces remarquables sont une pièce en plaquette de Salinelles façonnée par retouches bifaciales semi-couvrantes à couvrantes et une pièce bifaciale entièrement retouchée sur un éclat issu d’un galet en silex cénomanien. Cette mauvaise représentation de l’industrie lithique s’inscrit tout à fait dans le schéma connu par ailleurs en Languedoc à cette période. Aucune pièce métallique et aucune trace d’activité métallurgique n’ont été mises au jour sur le site.
Document type :
Reports
Complete list of metadatas

https://hal-univ-tlse2.archives-ouvertes.fr/hal-02025525
Contributor : Muriel Gandelin <>
Submitted on : Tuesday, February 19, 2019 - 4:57:21 PM
Last modification on : Monday, October 14, 2019 - 7:16:02 PM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02025525, version 1

Citation

Muriel Gandelin, Caroline Hamon, Isabel Figueiral, Sophie Martin, Maxime Remicourt, et al.. Un habitat ouvert du Néolithique final : autoroute A75, section Béziers - Pézenas : Hérault, Valros : Roquessols : Rapport de fouille préventive. [Rapport de recherche] Inrap MED. 2010, 243 p. ⟨hal-02025525⟩

Share

Metrics

Record views

62