Ne pas craindre l'histoire. Historicité des concepts et de la matérialité savante - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Questions de communication Year : 2020

Ne pas craindre l'histoire. Historicité des concepts et de la matérialité savante

Abstract

L'historicisation des catégories du monde savant que revendique Wolf Feuerhahn peut être étendue au-delà des seules discursivités. La réflexion sur les méta-concepts-ces concepts organisateurs des pratiques scientifiques-permet d'interroger l'évolution des configurations épistémiques dans le temps. La raison et l'objectivité sont deux exemples de ces points d'appuis rarement explicitement requis dans la démarche savante ; pour autant les généalogies de leur formation renseignent sur les écarts de sens progressivement construits. De même, la matérialité somatique informe l'histoire des distances prises entre des catégories d'analyse absentes d'une époque (e.g. la domination masculine) et ses manifestations pourtant évidentes (i.e. l'invisibilisation des femmes par la valorisation du corps héroïque). La reconstitution des expériences donne à voir les transformations, au 19 e siècle, du geste artisanal, vers la standardisation industrielle. L'article plaide pour une pragmatique des écarts, un incessant aller-retour entre le présent et le passé, qui donne à l'historicité la pleine mesure de ses potentialités analytiques. Mots-clés : Historicité, concepts, raison, objectivité, matérialité, corps « Si je veux que la porte tourne, il faut que les gonds soient fixes ». Ludwig Wittgenstein, De la certitude. Les propositions d'historicisation des pratiques savantes engagées par Wolf Feuerhahn constituent une base solide pour réfléchir aux conditions de possibilité de l'histoire des sciences. En interrogeant la façon dont les historien.ne.s construisent et/ou découpent leurs objets de recherche, ce sont toutes les logiques d'enquête qui sont mises au jour. Que faisons-nous lorsque nous isolons une entité, que nous suivons ses modifications, que nous comparons ses formations dans des espaces géographiques différents, que nous questionnons sa pertinence pour les acteurs ? Il ne s'agit rien moins que de poursuivre et d'approfondir un travail réflexif engagé depuis bientôt cent ans au sein de la discipline histoire : disons pour faire simple depuis le moment où l'on a considéré, notamment au sein de l'École des Annales, l'histoire-problème comme une fin, c'est à dire lorsque les historien.nes ont abandonné la morne chronologie pour la problématisation des rapports sociaux, politiques, culturels… (Massicotte, 1981 ; Dosse, 1987 : 54-92 ; Noiriel, 2009 : 127-128). Centrée sur les objets propres à l'histoire des sciences, la démarche implique, en quelque sorte, une réflexivité au carré. L'enjeu-même s'il n'est pas toujours indiqué comme tel-est d'identifier une généalogie de nos propres manières de faire et de penser. Le geste accompli est celui d'un retour raisonné sur les conditions de possibilité d'un discours scientifique. Wolf Feuerhahn, dans son article, interroge donc à bon droit les limites de cette remontée sans fin dans
Fichier principal
Vignette du fichier
QC-JLamy.pdf (570.14 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

hal-02984351 , version 1 (30-10-2020)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02984351 , version 1

Cite

Jérôme Lamy. Ne pas craindre l'histoire. Historicité des concepts et de la matérialité savante. Questions de communication, A paraître. ⟨hal-02984351⟩
36 View
25 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More