Histoire d'un phénomène linguistique : la défense de l'anglais australien, 1788-2000

Résumé : Dès 1788, les définitions de l'anglais en Australie sont négatives : le vocabulaire est argotique et vulgaire, la prononciation nasale et négligée. L'Australie prend conscience des attitudes négatives à son égard, et développe un complexe d'infériorité linguistique vis-à-vis de la Grande-Bretagne. Ce complexe sera le moteur du phénomène de défense de l'anglais australien. Une volonté d'affirmation linguistique se développe à la grande époque du Bulletin, en même temps que les détracteurs de la langue acquièrent une crédibilité pseudo-scientifique. Nous définissons trois phases du phénomène de défense : revendication, reconnaissance, justification. Les défenseurs de l'anglais australien travaillent à l'acceptation du changement linguistique austral, privilégiant une conception endocentrique au jugement comparatiste eurocentrique. A l'ère préscientifique de la défense, S. J. Baker prend appui sur l'expérience américaine et H. L. Mencken. A l'ère scientifique, les linguistes démontrent l'adéquation de l'anglais australien à son environnement, et justifient la distinction australienne scientifiquement puis institutionnellement.
Type de document :
Autre publication
Thèse de doctorat sous la direction de Michel Viel, Université Paris IV-Sorbonne. 2002
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-tlse2.archives-ouvertes.fr/hal-00992421
Contributeur : Anne Przewozny <>
Soumis le : samedi 17 mai 2014 - 22:25:34
Dernière modification le : mercredi 23 mai 2018 - 17:58:05

Identifiants

  • HAL Id : hal-00992421, version 1

Collections

Citation

Anne Przewozny. Histoire d'un phénomène linguistique : la défense de l'anglais australien, 1788-2000. Thèse de doctorat sous la direction de Michel Viel, Université Paris IV-Sorbonne. 2002. 〈hal-00992421〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

295